24 heures dans un lieu maudit : le récit de mon week-end

Je viens de passer 24 heures dans un ancien sanatorium abandonné et considéré comme hanté. Résultat ? Je suis vivant. Et c’était plutôt cool.

 

Aujourd’hui, je ne vais pas vous parler de blogging. Je vais simplement partager avec vous mon week-end un peu particulier. Comme je le dis sur la page À propos, je suis un amateur d’urbex.
L’urbex, ou exploration urbaine, est une pratique qui consiste à visiter des lieux construits par l’homme, abandonnés ou non, en général interdits d’accès.

Vendredi midi, mon pote m’a appelé en me disant : j’ai trouvé un spot, ça s’appelle le Sanatorium de la Langue et c’est un ancien hôpital pour tuberculeux hanté. Ça s’annonçait plutôt sympa. 6 heures plus tard, nous étions dans le RER direction Poissy, avec une tente dans le sac et une bonne bouteille de vin. 

Coincé entre Poissy, Cergy et Mantes-la-Jolie, le petit village qui accueille ce bastion en béton armé n’est pas facile à trouver. Après une heure de RER, 30 minutes d’attente et une heure de bus, nous voici abandonnés devant une petite église, au milieu du brouillard.

Comme tout bon Parisien qui se respecte, nous dégainons nos iPhones respectifs et ouvrons Google Maps. Vive la technologie.

Nous arrivons ensuite devant le premier bâtiment de l’hôpital. Celui-ci est toujours en activité. Une lumière bleuté s’échappe d’une baie vitrée au premier étage et on peut entendre quelques éclats de rire. 

Après avoir trouvé un passage planqué dans la grille de 3 mètres de haut, nous parcourons la forêt jusqu’à nous retrouver face à un imposant bâtiment : le sanatorium de la Langue, gigantesque paquebot de béton armé, traversé par les plantes et les courants d’airs. 

Nous regrettons à ce moment d’avoir lu ce fameux post de forum dans lequel on racontait que le bâtiment était habité par des esprits, et que le 4ème étage provoquait à quiconque osait s’y aventurer des frayeurs terribles. Nous prenons une photo totalement noire, sortons la Maglite et buvons une rassade de rouge. On y est.

 

sanatorium de la Langue Hanté

 

En s’avançant dans le bâtiment, on s’aperçoit qu’il ne reste plus grand chose de l’hôpital. Tout le mobilier a été pillé, les murs sont remplis de tags et le sol jonché de morceaux de verre. Nous avançons à la manière d’un héros de Call Of Duty, éclairant brusquement chaque source potentielle de danger. Mais le silence est là, nous sommes seuls.

 

 

Sanatorium de la Langue

 

Nous avons voulu tout voir. Sous-sol, 1er étage, 2ème étage, 3ème étage… Toutes les salles sont identiques. Certains papiers peints doivent dater des années 40, époque ou le bâtiment a été construit. Le moment que l’on redoutait arrive : Faut-il aller au 4ème étage ? Nous voulions expérimenter la fameuse « présence extrêmement flippante, tension qui empêche d’avancer » décrite dans ce forum.

 

Sanatorium de la langue sang

 

Nous ne sommes pas superstitieux, mais être seuls en pleine nuit au milieu d’un bâtiment morbide dans une forêt du Val d’Oise n’est pas le meilleur cocktail pour vous mettre à l’aise. Nous montons chaque marche vers le 4ème étage avec précaution, prêts à subir les assauts de la présence macabre. Mais rien. Nous arrivons sur le toit, superbe vue. J’en ai même profité pour marquer mon territoire. Aucun respect…

Après avoir exploré le bâtiment, nous avons voulu visiter la 3ème aile, elle aussi abandonnée, que nous avions repéré sur Google Earth. Celle-ci est totalement embroussaillée dans une foret humide, et des arbres ont carrément poussé à l’intérieur du bâtiment. Nous allons jusqu’au 4ème étage, histoire de montrer c’est qui le patron, puis nous repartons vite fait. 

Nous avons ensuite planté la tente dans une forêt environnante, très mal dormis (j’ai rêvé qu’on se faisait piétiner par un groupe de scouts), et nous sommes retournés au sanatorium pour prendre des photos de jour. 

 

Sanatorium d'Aincourt

 

Intérieur sanatorium de la langue

 

Sanatorium d'Aincourt jour

 

Dernière petite galère : pas de bus le samedi. Du coup, on a marché une quinzaine de kilomètres jusqu’à Mantes-la-jolie, jolie petite bourgade industrielle, pour engloutir un Mac Do et prendre le premier RER.

Une virée unique et pleine d’aventures comme je les aime. Et si, vous aussi, au lieu de passer votre prochaine soirée dans un bar ou au resto, vous décidiez de partir à l’aventure avec un ami ? Je peux vous promettre que vous vous en souviendrez plus longtemps que le resto.

 

Pratiquez-vous l’exploration urbaine ? Si vous avez des spots, n’hésitez pas à me contacter pour me proposer des échanges 🙂

 

10 Réactions

  • Nathanael

    Reply Reply 6 septembre 2014

    Salut Antoine
    ça Fait peur on a l’impression de se trouver dans un film d’evil.
    Ta pas eu peur toi?
    Salut

    • Antoine Auclair

      Reply Reply 6 septembre 2014

      Je n’était pas tranquille. Mais j’ai l’habitude de faire des explos de nuit, et je n’étais pas tout seul 🙂
      Super expérience en tout cas

  • Nassim

    Reply Reply 6 septembre 2014

    C’est plutôt passionnant comme aventure. Ça change un peu des soirées traditionnelles.

  • Loic @ JDB

    Reply Reply 7 septembre 2014

    Salut Antoine,

    Superbe récit, dommage qu’il soit si court.

    Très bonne idée ces expéditions, ça m’irait bien aussi de tenter le coup.

    Quels sont les risques en cas d’arrestation ? Ahah.

    A bientôt!

  • Martouf

    Reply Reply 16 décembre 2014

    Jolie expériences.
    J’ai aussi effectués quelques visites du genre, mais dans ma région il y en a peu, du coup, maintenant je fais surtout de la spéléo pour visiter des endroits incroyables qui sont rarement visités et loin de tout.

    J’ai lu il y a quelques temps le merveilleux livre de Lazar Kunstmann: La Culture en clandestins. L’UX. Si tu ne l’a jamais lu, je te le recommande. C’est une petite merveille qui décrit la fameuse histoire des Untergunther qui restaurent clandestinement des monuments tel que l’horloge du Panthéon vraisemblablement cassée volontairement par un fonctionnaire qui en avait marre de la remonter tous les jours…

    C’est aussi l’histoire de la Mexicaine de Perforation qui organise des événements culturels dans les sous-sols de Paris.. ou monument après la fermetures…..

    Continue ainsi.. et amuses toi bien…. les folies de ce type sont les seules choses que l’on ne regrette pas.. 🙂

  • Alice santos

    Reply Reply 3 janvier 2015

    Hello Antoine!

    Avec des amis on pensais aller faire quelques prises de vue au Sanatorium, sait tu s’il est encore « facile » d’accès?

    Merci

  • maria

    Reply Reply 20 janvier 2015

    Salut Antoine
    Je suis modèle photos professionnel j’aimerais ( si tu pouvais me dire en privé ) quel bus faut t’il prendre merci à toi =)

  • Dugue

    Reply Reply 25 janvier 2015

    Salut Antoine
    J’ai été faire des photo là bas, porté et lingerie ;)mes modèles non pas froid aux yeux , si tu as des sites intéressant à m’indiquer je suis preneur.
    Merci cordialement Dugue

  • justine

    Reply Reply 10 mars 2015

    le sana est toujours facile d’acces aucun soucis mais petite modif il ne s’appel pas le sanatorium de la langue, car celui la est pres d’archeres, celui si et tout simplement le sanatorium d’aincourt pavillon bonnefoy sibour et pavillon vian.

  • CM

    Reply Reply 25 juin 2015

    comment fait on pour y aller?

Réagir

* Champs obligatoires